Vous parcourez les archives de documentaire

Szilasi au Musée des beaux-arts de Sherbrooke

Le 13/10/2011 dans Événements photo

© Gabor Szilasi

À compter du 15 octobre prochain, le Musée des beaux-arts de Sherbrooke présente à son tour L’éloquence du quotidien, l’oeuvre du grand photographe canadien Gabor Szilasi. Le vernissage aura lieu le samedi 15 octobre, à 17 h, en présence de l’artiste. Au cours des 50 dernières années, Gabor Szilasi a créé en photographie l’un des corpus les plus significatifs et les plus déterminants au Canada, notamment des portraits environnementaux, des scènes de la vie familiale, urbaine et commerciale de Montréal et de Budapest ainsi que des images du Québec rural des années 1970. Les régions de Charlevoix, de la Beauce, de l’Abitibi-Témiscamingue, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, la municipalité de Lotbinière et le Festival western de Saint-Tite seront ainsi tour à tour immortalisés par le photographe. Présentes dans de nombreuses collections publiques et privées au Canada et en Europe, ses images attestent une foi indéfectible en la valeur humaniste et documentaire de la photographie. L’exposition lève le voile sur l’essence même de la vision artistique de Gabor Szilasi que reflètent ses observations de la vie urbaine et rurale et sa façon de témoigner des liens qui unissent la culture et la collectivité.

Afin de mieux cerner l’évolution et la portée du travail de Szilasi, cette rétrospective d’une centaine d’œuvres propose, côte à côte, des photos emblématiques ou plus familières et des images moins connues ou encore jamais exposées.

Conçue par le commissaire invité David Harris, professeur associé à la School of Image Arts de la Ryerson University, à Toronto, L’éloquence du quotidien a été organisée par le Musée d’art de Joliette et le Musée canadien de la photographie contemporaine.

Concours intercollégial de photo 2011-2012 du CCDMD

Le 11/10/2011 dans Concours photo

Le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) a lancé la première édition de son concours intercollégial de photographie Le monde en images. Bernard Brault, photographe au quotidien La Presse, en assurera la présidence d’honneur cette année. L’objectif du concours est d’encourager la production de photographies artistiques ou documentaires de qualité destinées à alimenter la banque de partage de médias Le monde en images. Ce répertoire de plus de 37 000 médias répond à l’immense besoin d’utiliser des photographies, des illustrations et des vidéos libres de droits pour la fabrication de matériel didactique de qualité. Sous le thème « Notre monde », le concours s’adresse aux élèves des cégeps. Un tirage grand public ouvert à tous est toutefois organisé en marge du concours. Les étudiants de cégeps de la province et les photographes amateurs sont donc invités à participer jusqu’au 15 avril 2012.

Gaspésie human less

Le 28/09/2011 dans Événements photo

© Guillaume D. Cyr

Le duo de photographes de Québec Guillaume D. Cyr et Yanna Ouellet présente sa première exposition solo, Gaspésie human less partie 1, sur les murs de l’Établi. Fruit d’une recherche esthétique et documentaire, la série répertorie 50 maisons abandonnées longeant la partie de la route 132 de la péninsule gaspésienne. Il cadre les sujets dans leur environnement naturel et symbolique; elle capte les détails oubliés et transformés par le temps. Leurs visions complémentaires offrent un portrait complet auquel s’ajoute un regard anthropologique. Les photos présentées seront extraites d’un livre d’artiste autoédité pour ce projet, comprenant, en plus des 142 images et des propos des deux photographes, des textes de Pascal Alain, un historien natif de la Gaspésie. Le vernissage aura lieu le 30 septembre, à 17 h, et l’exposition tiendra l’affiche jusqu’au 15 octobre.

© Yanna Ouellet

En terres inconnues

Le 23/09/2011 dans Événements photo

La galerie Les Territoires présente Terra Incognita : Stories of Imaginary Places de Caroline Kelley, jusqu’au 8 octobre. Cette exposition regroupe trois projets autobiographiques qui traitent tous des notions de voyage, de tourisme et d’exploration. Elle interroge l’utilisation problématique de la photographie et du journal intime comme outils documentaires dans la création d’un souvenir soi-disant authentique. Le titre, Terra Incognita, s’inspire du terme latin « terre inconnue »; en d’autres mots, d’un territoire qui n’est pas encore cartographié. Ces mots évoquent également une métaphore de l’inexploré : d’un inconnu profondément enraciné dans l’imaginaire.

En 2000, Caroline Kelley termine une maîtrise en beaux-arts à la New York Academy of Art. Depuis 2008, ses différents projets ont été exposés aux États-Unis et en Europe. Elle est récipiendaire de nombreux prix, dont celui de la fondation de la famille Cliff Lede du Banff Centre for the Arts et de la fondation Joan Mitchell du Santa Fe Art Institute. Elle enseigne présentement au département des Métiers du Livre à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense à Paris. Elle participe également au journal Thirdspace: a journal of feminist theory & culture, partageant son temps entre Paris et Montréal.

Les photographes du Québec des années 1970 : exposition et table ronde

Le 20/09/2011 dans Événements photo

Bien que la peinture ait dominé l’histoire de l’art pendant de nombreuses années, la photographie a aussi, à sa façon, joué un rôle majeur dans notre culture, notre histoire et même notre vie sociale en particulier dans les années 70, nous rappelle la Galerie SAS avec l’exposition Déclic 70, présentée jusqu’au 15 octobre. Afin de débattre de l’influence de la photographie lors de ces années charnières de l’histoire du Québec, la Galerie organise dans ses locaux une table ronde le samedi 24 septembre, à 14 h. Nicolas Mavrikakis (commissaire), Lise Lamarche (historienne de l’art) et les photographes Jean Lauzon et Roger Charbonneau participeront à cet évènement.

« Cette exposition se veut un humble hommage à cette période faste de l’image d’inspiration documentaire. Elle réunit donc onze photographes marquants des années 70 au Québec. Bien sûr, la liste des artistes et des images sélectionnés n’est pas exhaustive. Pour chaque artiste présent dans cette exposition, nous aurions pu montrer dix fois plus de (très bonnes) photos. Pour chacun des collectifs présents, nous aurions pu ajouter les œuvres des autres membres. Comme l’écrit Lise Lamarche dans un texte incontournable sur le sujet (La photographie par la bande ), il semble en effet “que dans les années 70, un photographe n’arrive jamais seul”. »

Mon regard est net comme un tournesol

Le 17/09/2011 dans Événements photo

Le centre d’art contemporain Optica présente les images de la photographe Raymonde April, dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal. Cherchant à comprendre sa propre intimité, elle s’inspire de sa vie privée pour créer une œuvre relevant à la fois du documentaire, de l’autobiographie et de la fiction. Son exposition Mon regard est net comme un tournesol est présentée jusqu’au 15 octobre prochain. Raymonde April est née au Nouveau-Brunswick, mais vit à Montréal et enseigne la photographie à l’Université Concordia depuis plus de 25 ans. Elle a reçu plusieurs prix, notamment le prix Paul-Émile Borduas, en 2003, et elle a été reconnue par l’Ordre du Canada, en 2010.

Excoffier, Clément et Jongué chez Simon Blais

Le 15/09/2011 dans Événements photo

© Éliane Excoffier

La Galerie Simon Blais reçoit les images des photographes Éliane Excoffier, Serge Clément et Serge Emmanuel Jongué, jusqu’au 15 octobre prochain. Éliane Excoffier, qui a été l’objet de l’article Excoffier, bilan et élan de Jean-François Nadeau, paru dans l’édition d’août-septembre de notre magazine, présente le corps féminin en noir et blanc, dans une intimité crue qui lui est particulière. Pour Séries 1996-2011, sa deuxième exposition solo à la Galerie Simon Blais, la photographe offre un survol de l’ensemble de son œuvre ainsi qu’une toute nouvelle série de photographies qui fait la part belle aux objets : cette fois-ci le corps, plutôt que d’être montré, est souvent suggéré à l’aide d’artefacts.

Les images de Serge Clément relèvent quant à elles autant du documentaire classique que du récit poétique ou de prospectives urbaines. Sa dernière réalisation, NàY, présente une vision qui s’inspire d’un New York des années 20 en ébullition, tout autant que des mouvements artistiques de l’époque : Bauhaus, Surréalisme. De son côté, le photographe Serge Emmanuel Jongué présente Nomade, trois séries de photographie qui explorent les idées chères de l’artiste telles la mémoire, les racines et l’identité. Ce dernier dit diriger son travail personnel « vers une préoccupation plastique dans laquelle la photo est envisagée comme matériau brut plutôt que référent de représentation. Ce travail interroge l’espace de la trace mentale. »

Visa pour l’Image Perpignan 2010 – Prix FRANCE 24-RFI du Webdocumentaire

Le 07/09/2010 dans Documents photographiques (Articles illustrés en photos)

Le Prix FRANCE 24-RFI récompense le meilleur webdocumentaire, qui se distingue par le choix et le traitement original d’un sujet d’actualité et l’utilisation des nouveaux outils multimédias qu’offre le web.
Il s’agira pour les candidats d’innover, de faire avancer ou de contribuer à la réflexion sur une manière moderne et novatrice de s’approprier l’information sur le web.

Visa pour l’Image Perpignan 2010 – Prix FRANCE 24-RFI du Webdocumentaire.